En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Lexique

Tous les articles (5)
  • Le château de Larbont

    1
    Par ISABELLE PITTET, publié le samedi 16 avril 2016 15:12 - Mis à jour le samedi 5 mai 2018 10:26
  • Les grades dans l'armée

    Par ISABELLE PITTET, publié le vendredi 15 avril 2016 22:18 - Mis à jour le samedi 16 septembre 2017 21:35

    Retour au LEXIQUE

    Adjudant

    L'adjudant est en général chef de section ou adjoint d'un lieutenant.

     

    Adjudant-Chef

    Le grade a été crée en 1912 pour améliorer la situation des adjudants, incertain de passer sous-lieutenant.

     

    Aspirant

    Sous-officier qui aspire à entrer dans le corps des Officiers.

     

    Capitaine

    Le Capitaine a un rôle important car il commande entre 100 et 150 hommes pour différentes opérations.

     

    Caporal

    Caporal désigne un homme du rang, le caporal d'escouade, qui commande une escouade, groupe variant d'une dizaine à une vingtaine d'hommes. Il est souvent l'adjoint du sergent et le remplace parfois.

     

    Caporal-Chef

    Grade supplémentaire donné aux Caporaux pour distinguer le Caporal-Chef des autres Caporaux pour l'attribution des missions et l'accomplissement de celles-ci.

     

    Caporal fourrier

    Un Caporal fourrier ou Sergent fourrier, est un grade aujourd'hui disparu. C'est un sous-officier chargé de l'intendance. Ce mot vient de « fourrage ».

     

    Colonel

    C'est le grade d'officier supérieur le plus élevé. C'est un officier général qui a autorité sur tout le régiment d'une même arme. Dans l'Armée de Terre, la Gendarmerie et l'Armée de l'Air.

     

    Commandant

    Le grade de Commandant correspond au titre le plus bas dans la catégorie des officiers.

    Son pouvoir de contrôle des unités est qu'il est apte à diriger un bataillon (300-1200 hommes) et a le même rôle dans la Marine Nationale.

     

    Général de Brigade

    Grade très important dans le commandement des troupes, plus particulièrement les brigades (composées de plusieurs régiments) une brigade allant jusqu'à 10 000 hommes.

     

    Général de Division

    A le même rôle que le Général de Brigade, mais lui contrôle une division (30 000 hommes parfaitement autonomes).

     

    Lieutenant

    Le Lieutenant est un grade de commandement qui lui permet de diriger un peloton ou une escouade (30-40 hommes).

     

    Lieutenant-Colonel

    C'est un grade d'officier supérieur dans de nombreux pays,

    Il arrivait fréquemment que le lieutenant-colonel assure la charge réelle du régiment. Comme les colonels, les lieutenants-colonels étaient aussi capitaines d’une compagnie de leur régiment dont le commandement réel était assuré par un Capitaine-Lieutenant. Les régiments de cavalerie avaient des Lieutenants-Colonels aussi.

     

    Major

    Ce grade, supprimé sous la Révolution, réapparut le 18 vendémiaire an X (10 octobre 1801) sous le nom de chef d'escadrons chargé des détails. Le major commandait le dépôt du régiment en l'abscence du colonel; on l'appelait parfois le "gros-major". Le grade était intermédiaire entre celui de chef de bataillon ou d'escadrons et celui de colonel.

     

    Maréchal des Logis

    Grade de sous-officiers dans les régiments de cavalerie, d’artillerie, et dans la gendarmerie nationale française, situé entre son supérieur hiérarchique, le maréchal des logis-chef, et son subordonné, le brigadier-chef Ce grade correspond à celui de sergent dans les autres régiments.

     

    Marsouin

    Appellation triviale des militaires servant dans l’Infanterie de Marine des Troupes de Marine Française (ex infanterie coloniale).

     

    Sergent

    Premier grade de la hiérarchie des sous-officiers dans l'armée de l'air et dans les armes et services de l'armée de terre.

     

    Sergent-Chef

    Il était un des grades de sous-officiers , ayant les mêmes fonctionnalités qu'un Sergent-Major. Il succède au grade de Sergent-Major à partir de 1928.

     

    Sergent-Major

    Ce grade fut crée en 1776 et le Sergent-Major était surtout un grade d'administrateur de compagnie, il était très souvent l'adjoint du Capitaine. Par une réforme établie, ce grade est devenu intégralement un grade d'administration.

     

    Soldat Canonnier-Légionnaire

    Le soldat est une personne n'ayant aucun pouvoir de commandement et aucun grade. Un Soldat, par exemple Canonnier-Légionnaire, sert dans la Légion Étrangère en tant que Canonnier(Artillerie) et n'occupe que ce poste et aucun autre.

     

    Soldat 1ère Classe

    Le Soldat de 1ère Classe est un soldat quelconque mais ayant reçu une distinction pour pouvoir postuler au grade de Caporal.

     

    Sous Aide Major

    Désignait jusqu'en 1928 un médecin militaire de 2° classe.

     

    Sous-Lieutenant

    Le sous-lieutenant était le troisième officier d'une compagnie. Ce grade était le premier obtenu à la sortie des écoles militaires.

     

    Sources utilisées

    Ministère de la défense

    Dictionnaire Larousse

    Wikipédia

  • Les récompenses de guerre

    Par ISABELLE PITTET, publié le vendredi 15 avril 2016 21:29 - Mis à jour le dimanche 17 avril 2016 10:01

     

    Retour au LEXIQUE

     

    Les récompenses de guerre sont des témoignages visibles de « citations ». Les citations sont décernées « à l’ordre » de l’armée (palme), du corps d’armée (étoile de vermeil), de la division (étoile d’argent) et de la brigade ou du régiment (étoile de bronze). Toutes les citations se terminent par la formule : « cette citation donne droit au port de la croix de guerre (ou la croix de la valeur militaire) avec palme (ou étoile) ».

     

    Une même personne (ou un groupe de personnes : régiment) peut être « citée » plusieurs fois. Cela se traduit par autant de palmes ou d’étoiles accrochées en plus sur le ruban de la croix de guerre ou de la valeur militaire, que la personne a le droit de porter depuis sa première citation.

     

    Exemple : Le 59ème régiment d'infanterie a été récompensé par la croix de guerre avec 2 palmes et 4 étoiles.

     

     

    Citation :

    Récompense accordée à un militaire pour des actions d'éclat, des faits de guerre et, hors guerre, pour des actes de courage et de dévouement.
     

     

    Croix de guerre de 14-18 :

    Instituée par la loi du 8 avril 1915 pour commémorer les citations individuelles depuis le début des hostilités en 1914. Elle n’est plus attribuée après 1918.

     

    La Croix de guerre 1914-1918 est conférée, de plein droit :

    aux militaires, français et étrangers, ayant été l’objet d’une citation individuelle pour fait de guerre ;

    aux civils et aux membres des divers personnels militarisés qui auront été l’objet d’une citation ;

    en même temps que la Légion d’honneur ou la Médaille militaire, aux militaires ou aux civils, non cités à l’ordre, dont la décoration aura été accompagnée au Journal officiel, de motifs équivalant à une citation à l’ordre de l’armée pour action d’éclat ;

    de manière collective, à des unités, des navires ou des escadrilles ;

    à des villes et des villages martyrs, qui ont été détruits, ravagés ou bombardés par l’ennemi.


     

    Ruban vert avec liserés et bandes rouges.
    Au dos des médailles : 1914-1915, 1914-1916, 1914-1917, 1914-1918.

     

     

    Légion d'honneur :

    La légion d'honneur a été créée en 1802 par Napoléon Bonaparte pour récompenser le courage des militaires et aussi les vertus et les services civils.

     

     

    Sources utilisées :

    http://www.croixdeguerre-valeurmilitaire.fr

    http://www.larousse.fr/encyclopedie

    http://www.france-phaleristique.com

  • Les métiers de nos soldats et de leurs parents

    Par ISABELLE PITTET, publié le vendredi 15 avril 2016 22:09 - Mis à jour le dimanche 17 avril 2016 10:00

    Retour au LEXIQUE

     

    Cloutier

    Autrefois, la fabrication des clous était le fruit d'un grand savoir-faire de cloutier.

    Dès le Moyen Age, situées à la proximité des mines de fer et des forges, les clouteries se trouvaient le long des cours d’eau afin d’utiliser la force hydraulique pour actionner le soufflet qui active le foyer.

    Au 18e siècle, en France, il y avait deux sortes de cloutiers, les cloutiers et les cloutiers d’épingles.

    Les cloutiers d'épingles faisaient partie de la corporation des épingliers-aiguilletiers ; tandis que les cloutiers fabriquaient et vendaient des clous en tant que membre de la communauté des cloutiers-lormiers-étameurs-ferronniers.

    Cependant, leur métier étant similaires, les deux catégories finirent par fusionner. Le cloutier travaillait dans une forge installée chez lui. Il fabriquait des clous forgés à l'unité sur une petite enclume fixée sur une souche en bois ou en pierre, avec un marteau spécifique et des tenailles à partir de tiges d'acier. La pointe du clou était façonnée sur l'enclume. Ensuite, le cloutier plaçait le clou verticalement dans la « cloutière » pour former la tête. Il existait autant de types de cloutières qu'il y a de types de clous. Ils y en avaient beaucoup : les clous à soulier, les clous à ferrer les bêtes, les clous pour les charpentiers, etc. Le cloutier fabriquait aussi d'autres pièces comme les crochets, des pitons...Un cloutier expérimenté forgeait entre 50 et 100 clous à l'heure. Ce métier a quasiment disparu avec la venue de l'industrialisation.


     

     

    Cocher au château de Larbont

    Le cocher est le conducteur, assis sur un siège, d'une calèche, ou d'un véhicule nécessitant une traction hippomobile.

    La traction hippomobile est l'utilisation des chevaux comme force de traction.

    Le cocher exerce une activité rémunérée pour le compte d'un employeur ou pour lui-même, en transportant des clients.

    Les compétences requises sont le soin aux chevaux et savoir utiliser le transport hippomobile.

     

    En savoir plus sur le château de LARBONT

     

     

     

     

    Conducteur ponts et chaussées

    Agent qui est sous les ordres directs de l'ingénieur et au-dessus des piqueurs, il est chargé de la conduite ou direction des travaux.

     

     

    Géomètre-expert

    C'est le professionnel qui identifie, délimite, mesure, évalue la propriété immobilière publique ou privée, bâtie ou non, ainsi que les travaux qu'on y exécute.

     

     

    Ingénieur Civil

    L'ingénieur civil ou Ingénieur en génie civil, travaillait, à l'origine, sur des projets de travaux public. Il s’occupe de la conception, la réalisation, l’exploitation et la réhabilitation d’ouvrages de construction et d'infrastructures dont il assure la gestion.

     

     

    Limonadier

    Marchand ambulant qui se promenait dans les rues, vendant cette boisson très sucrée et facile à préparer.

     

     

    Maître Répétiteur

    Première définition

    Personne qui explique aux élèves après le cours, la leçon du professeur (cette version du métier a disparu)

    Deuxième définition

    Personne dans les collèges ou lycées, chargée de la surveillance des élèves en dehors des cours. Il peut aussi aider à faire les devoirs, répéter la leçon etc... (cette version du métier existe encore sous le nom de « surveillant »)

    Troisième définition

    Personne qui donne des cours à domicile (cette version du métier existe encore sous le nom de « Professeur à domicile »)

     

     

    Négociant

    Personne qui se livre à une activité commerciale, le plus souvent d'une certaine importance. Exemple : négociant en blé, en vin, en fourrures, en tissus.

     

     

    Propriétaire

    Personne possédant des terres, des animaux, des moyens de production.

     

     

    Surnuméraire des postes et télégraphes

    Personne qui travaille sans être titulaire d'un poste fixe (ou qui occupe un emploi précaire), emploi qui consiste à s'occuper des courriers, mais également des télégraphes (appareils destinés à transmettre des messages, appelés télégrammes, à l'aide de codes).

     


     

    Sources :

    Wikipédia

    Histariège

    Annuaire-Mairie.fr

    http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article2340

    http://saint-priest-des-champs-passionnement.over-blog.com/article-un-metier-cloutier- 62030053.html

    http://www.genealogie.com/v2/genealogie-en-ligne/ancien-metier.asp?id_metier=42

  • Les métiers des soldats et de leurs parents

    Par ISABELLE PITTET, publié le jeudi 17 mars 2016 15:31 - Mis à jour le jeudi 17 mars 2016 15:31
Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs